Police de caractères: petite normale grande

 

 

La situation foncière en Afrique à l'horizon 2050

AFD

Par Alain Durand-Lasserve et Étienne Le Roy
Publié par l'AFD et la BAD
Site web : www.afd.fr
2012, 153 pp, Téléchargement gratuit

Cette étude très complète tant au niveau des ressources présentées que de l'analyse, présente les principaux facteurs d'évolution de la question foncière en milieu rural et en milieu urbain en Afrique subsaharienne, dans le cadre du projet Afrique 2050. Ce programme de recherche mené conjointement par la Banque africaine de développement (BAD) et l'Agence française de développement (AFD) depuis 2009 vise à explorer les principaux secteurs et les enjeux déterminants pour l'avenir des pays africains d'ici à 2050.

Partant d'une analyse de l'évolution passée de la situation foncière en Afrique subsaharienne, les auteurs proposent une méthode pour comprendre ce qui pourrait advenir en matière de sécurité foncière et alimentaire, de conflits portant sur les terres et de logement, si se prolongeaient ou s'amplifiaient les tendances observées aujourd'hui. Dans la première partie, on observe en effet que « le boom des prix 2008 a entraîné un intérêt accru pour les terres agricoles comme investissement potentiel, particulièrement en Afrique ». Cela aurait concerné 56 millions d'hectares en moins d'un an, dont environ les deux tiers (29 millions d'hectares) en Afrique subsaharienne. Les facteurs tels que la démographie, l'environnement global et le changement climatique, ou l'urbanisation, déterminent l'évolution du foncier et permettent des prévisions relativement stables, précisent les auteurs, mais auront des dynamiques et impacts différents selon le contexte national et les choix opérés en matière de gouvernance. Et l'ouvrage de discuter notamment de l'enregistrement des droits fonciers, de l'investissement dans le foncier agricole et de la concentration de la propriété foncière.

Notant les tendances futures, les auteurs soulignent que « l'observation des marchés fonciers permet de mettre en évidence la marchandisation dans toutes les filières d'accès au sol, le recul des transactions foncières coutumières, une accélération des acquisitions massives de terres et une augmentation du prix du sol en milieux rural et urbain ». Ils passent en revue la situation dans les différents pays et régions d'Afrique subsaharienne et concluent qu'« il est vraisemblable que la pression sur les terres conduira les Etats à accepter l'introduction d'instances et de mécanismes de régulation avec pour objectif d'assurer la paix sociale ».

Des scénarios d'évolution à long-terme sont ensuite proposés qui vont de la stabilité et la maîtrise foncières à des situations de décrochage et de perte de contrôle des États, des collectivités locales et des communautés en matière de gouvernance foncière. « Si les migrations sont aujourd'hui perçues comme la seule réponse possible aux inégalités régionales en matière d'accès au sol », affirment les auteurs, la question de la gouvernance foncière se pose également dans les pays qui ont un potentiel de terres disponibles, pour en réguler la mise en valeur et garder le contrôle sur le processus d'appropriation à grande échelle par les investisseurs étrangers.

Date de publication: mars 2012

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus