Police de caractères: petite normale grande

 

 

Profils de pays - Sierra Leone

sierra leone

Tristement célèbre pour le commerce des 'diamants du sang', la Sierra Leone a vécu une guerre civile de 1991 à 2001, qui a eu des conséquences dévastatrices, humainement et socialement parlant: outre le recul chronique du PIB de près de 50 %, le conflit a déplacé plus de 40 % (soit deux millions) de la population sierra-léonaise, réduisant à néant l'infrastructure du pays et conduisant à l'effondrement de ses institutions. De plus, la production agricole a chuté de 70 % et environ 90 % de la totalité du bétail ont été soit tués soit emmenés dans les pays voisins. En dépit d'une reprise rapide de la croissance et d'une stratégie cohérente de lutte contre la pauvreté, la Sierra Leone figure toujours parmi les pays les plus pauvres du monde. Classé 158ème sur 169 nations dans le classement 2010 de l'Indice de développement humain (IDH), avec une espérance de vie de 47,6 ans par adulte et un taux de mortalité infantile de 194 pour mille naissances vivantes. Et le chiffre actuel de 60 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté absolue constitue une avancée considérable par rapport au chiffre supérieur de 70 %, recensé dans les années d'après-guerre.

Vue d'ensemble

Le riz est une des cultures vivrières principales en Sierra Leone (© FAO/Peter DiCampo)
Le riz est une des cultures vivrières principales en Sierra Leone
© FAO/Peter DiCampo

La Sierra Leone possède un environnement naturel diversifié, composé de mangroves et de forêts tropicales à l'ouest et de larges plateaux alternant avec des montagnes à l'est. Le pays compte un des plus importants gisements de rutile au monde parmi ses nombreuses ressources minérales exploitables, mais ses plus gros revenus proviennent de l'exportation de diamants qui représentaient 109 millions de dollars en 2010 et environ 85 % des exportations du pays, dépassant de loin les exportations agricoles de cacao (7 %) et de café (1 %).

Toutefois, comptant pour 56% du PIB et deux tiers des emplois en 2008, la part de l'agriculture reste prédominante. On remarque une solide progression du secteur agricole (4,1 %) en 2009 (Perspectives Économiques en Afrique) avec le riz, le manioc et les légumes comme principales cultures vivrières toutefois les familles d'agriculteurs sont toujours parmi les plus défavorisées.

Depuis 1990, environ 10 % des forêts de la Sierra Leone ont disparu à cause du commerce de bois transfrontalier, de l'exploitation minière, de l'agriculture sur brûlis et de la collecte de bois de chauffe. Depuis l'intensification de la déforestation, les forêts secondaires sont dominantes et des arbres précieux comme l'acajou et le teck, autrefois communs, sont maintenant rares.

Problèmes liés à la pêche

La Sierra Leone a des eaux côtières très productives mais le pays perd environ 29 millions US$ chaque année à cause des activités de pêche illégale. Des recherches menées par l' Environmental Justice Foundation (EJF), une organisation caritative qui fait campagne contre la dégradation de l'environnement, ont révélé que la plupart des vaisseaux de pêche pirates sont des chalutiers qui capturent indifféremment poissons et autres organismes marins en traînant de lourds filets dans les fonds marins. Le rapport de l'EJF indique que 90 % de la prise sont rejetés dont des tortues, divers oiseaux, du corail et des jeunes poissons. En conséquence, les stocks halieutiques s'appauvrissent et obligent les pêcheurs locaux à s'éloigner en mer, au détriment de leur sécurité.

Dans son plan stratégique de réduction de la pauvreté (PRSP) 2008-2012, le gouvernement place en priorité la gestion et l'exploitation de la pêche et des ressources marines sierra-léonaises. Un projet est d'ailleurs en cours pour établir des systèmes de surveillance efficaces pour la protection des ressources halieutiques et améliorer la législation en vigueur face aux activités de pêche illégales. D'autres priorités incluent le développement des infrastructures et de services d'appui, pour la pêche artisanale comme pour la pêche commerciale.

Appui du gouvernement

Les pêcheurs locaux sont obligés de s'éloigner en mer pour trouver du poisson (© FAO/Peter DiCampo)
Les pêcheurs locaux sont obligés de s'éloigner en mer pour trouver du poisson
© FAO/Peter DiCampo

Si le secteur agricole fait face à de multiples difficultés, le gouvernement a reconnu que le développement agricole et la sécurité alimentaire étaient essentiels pour la croissance économique et la réduction de la pauvreté en Sierra Leone. A cet effet, le dernier Plan Stratégique soulignait un certain nombre de mesures à prendre telles l'établissement de filières d'engrais, de pesticides et de variétés de semences à haut rendement, mais aussi l'augmentation d'installations de stockage des récoltes et l'accès au crédit rural, le développement de la recherche agronomique et des services de vulgarisation et enfin l'amélioration des infrastructures rurales visant à encourager la commercialisation.

En 2008, le gouvernement a porté à 7,7 % la part de l'agriculture dans le budget de 2009 alors qu'elle était de 1,6 % en 2008. Le budget de 2010 l'a ensuite portée à 10 %, propulsant la Sierra Leone parmi les douze pays africains ayant atteint l'objectif continental fixé en 2003 pour les dépenses agricoles. C'était au sommet de Maputo au Mozambique. Ce sommet a également approuvé un plan détaillé pour l'agriculture africaine, connu sous le nom de Programme intégré pour le développement de l'agriculture en Afrique (CAADP). Ce dernier fait partie du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), un programme de l'Union africaine.

Désormais les débats sur ce pays d'Afrique de l'Ouest qui a retrouvé la paix peuvent porter sur sa récente production agricole par exemple. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), en 2009, la Sierra Leone a produit 784.000 tonnes de riz, bien plus que les 550.000 tonnes nécessaires pour la consommation nationale et un tiers de plus que la moyenne des cinq années précédentes.

Certes le retour de la paix facilite la production. Le facteur essentiel est cependant l'appui du gouvernement à l'agriculture, qui déterminera l'essor économique du pays.

Statistiques
  • Pays: Sierra Leone
  • Capitale: Freetown
  • Superficie: 71.740 km2
  • Population: 6.440.053 (est. juil 2009)
  • Croissance démographique: 2,32% (est. 2009)
  • Espérance de vie: 47,6 ans
  • Groupes ethniques: 20 groupes ethniques africains 90 % (Themné 30 %, Mendé 30 %, autres 30 %), Créole (Krio) 10 % (descendants d'esclaves jamaïcains libérés établis à Freetown à la fin du 18e siècle), réfugiés de la guerre civile du Liberia, petit nombre d'européens, libanais, pakistanais et indiens
  • Langues: Anglais (officiel), Mendé (langue vernaculaire principale dans le sud), Themné (langue vernaculaire principale dans le nord), Krio (Créole à base d'anglais, parlé par les descendants d'esclaves jamaïcains libérés)
  • Inflation: 11,79 % (est. 2007)
  • Parité du pouvoir d'achat du PIB: 4,3 milliards US$ (est. 2008)
  • PIB par habitant: 700 US$ (est. 2008)
  • Composition du PIB par secteur: agriculture: 49 %; industries: 31 %; services: 21 % (est. 2005)
  • Utilisation des terres: terres arables: 7,95 %; cultures permanentes: 1,05 %; autre: 91 % (2005)
  • Industries principales: exploitation de diamants, petites entreprises (boissons, textiles, cigarettes, chaussures), raffinement du pétrole, réparation navale à petite échelle
  • Produits agricoles: riz, café, cacao, noix de palme, huile de palme, arachides, poulets, vaches, moutons, porcs, poissons
  • Ressources naturelles: diamants, minerai de titane, bauxite, minerai de fer, or, chromite
  • Produits d'exportation: diamants, rutile, cacao, café, poissons
  • Partenaires à l'export: Belgique 41 %, US 23,2 %, France 5,7 %, Pays-Bas 4,3 % (2008)

Date de publication: avril 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus