Police de caractères: petite normale grande

 

 

Programme ciblé pour les jeunes entrepreneurs des régions rurales au Mexique

Le JERFT cible les  18-39 ans dans les régions où les terres sont détenues par les <em>ejidos</em> (© Secretaria de la Reforma Agraria)
Le JERFT cible les 18-39 ans dans les régions où les terres sont détenues par les ejidos
© Secretaria de la Reforma Agraria

« Créé il y a bientôt sept ans, le programme pour les jeunes entrepreneurs des régions rurales et le fonds pour la terre au Mexique a reçu des résultats encourageants », affirme Geraldo Falcon, coordinateur de la planification au Secrétariat de la Réforme Agraire. Connu sous le nom de JERFT (Programa para Jovenes Emprendedores Rurales y Fondo de Tierra) le programme cible les 18-39 ans dans les régions (couvrant 53% du territoire mexicain) où les terres sont détenues par les ejidos, basées dans 31.623 nucleos agrarios (noyaux agraires).

Coopératives foncières établies par les Aztèques et abolies par la conquête espagnole, les ejidos ont été rétablis après la révolution mexicaine de 1917. Traditionnellement, les membres des ejidos pouvaient céder, hériter et léguer les droits de cultiver aux autres membres des ejidos mais pas vendre la terre. En 1991, l'interdiction sur la vente des terres a été levée dans le cadre de l'adhésion du Mexique à l'Accord de libre échange nord-américain. Toutefois, peu de ventes commerciales semblent avoir été réalisées.

Les ejidos sont quasiment tous situés dans des zones montagneuses, marginales et souvent peu adaptées à une agriculture moderne à grande échelle. La population locale, estimée à environ 8 millions dont 750.000 ont moins de 39 ans, représente environ un tiers de la population rurale du Mexique. La pauvreté endémique est fortement liée au vieillissement des ayants droits, à l'émigration des jeunes, au manque de renforcement des capacités et aux inégalités d'accès à la terre et au capital.

Cibler les bénéficiaires

Le programme conçu pour les jeunes entrepreneurs cible les zones rurales d'attention prioritaires, au taux élevé de marginalisation, qui sont dûment enregistrées, ne sont pas impliquées dans des litiges fonciers et ont un minimum d'infrastructures locales (eau, électricité, accès routiers aux points de ventes).

Les objectifs du JERTF, mis en valeur dans le Plan de Développement National 2007-2012, visent à encourager les ventes ou locations 'sociales' des terres d'ejidos aux jeunes au sein de leurs noyaux agraires. A cet effet, une assistance financière est délivrée par un fonds national pour le développement des ejidos (Fideicomiso Fondo Nacional de Fomento Ejidal). Entre 2004 et 2010, 18.000 jeunes ont participé au JERTF et 5.072 ont démarré une entreprise rurale, avec une aide du gouvernement de 89 millions €.

Environ 5,000 jeunes ont démarré une entreprise rurale (© Secretaria de la Reforma Agraria)
Environ 5,000 jeunes ont démarré une entreprise rurale
© Secretaria de la Reforma Agraria

La planification du programme JERTF a été remaniée en 2006 et 2009 en tenant compte des enseignements tirés des plans précédents et depuis 2010, ne compte plus que deux volets au lieu de quatre. Le premier est un 'projet école', sorte de formation pratique en entreprise agricole gérée par les membres des comités de jeunes dans les noyaux agraires.

Dans le cadre du second volet, les étudiants présentent un 'business plan', qui, s'il est accepté, sera soutenu par un système de subventions et de prêts pour acquérir des terres (achat ou location), du capital et des formations en gestion et marketing. Si les femmes sont généralement plus nombreuses que les hommes dans le premier volet, c'est l'inverse dans le second, ce qui est révélateur du rôle assigné aux femmes dans les zones ejidos.

Apprentissage par l'expérience

Selon Falcon, « Un certain nombre de changements ont été introduits en se basant sur les expériences passées. Et premièrement, une certaine flexibilité quant à la taille minimale de l'exploitation, afin d'éviter des acquisitions (et les coûts inhérents) allant au-delà des besoins du projet initial ».

Ensuite, la sélection des bénéficiaires n'est plus seulement basée sur les besoins sociaux mais aussi sur le potentiel entrepreneurial. Il est important de s'assurer qu'il existe un marché pour l'entreprise envisagée. Les procédures financières en cours ont été accélérées, les résultats suivis et contrôlés et les observations d'évaluateurs externes intégrées.

Une enquête de la FAO sur les entreprises créées entre 2007 et 2008 montre que les entrepreneurs ont en moyenne réalisé une augmentation de leurs revenus de 21%. Le taux de survie des entreprises est de 90% dont 62% sont rentables. Soixante-six pourcent des entrepreneurs ont adopté les technologies proposées et 23% des bénéficiaires proviennent des populations locales.

Les jeunes entrepreneurs du programme JERFT ont participé à la conférence mondiale de la jeunesse à Leon en 2010 et discuté avec d'autres jeunes à propos de leur expérience commune dans les régions rurales (© FAO México)
Les jeunes entrepreneurs du programme JERFT ont participé à la conférence mondiale de la jeunesse à Leon en 2010 et discuté avec d'autres jeunes à propos de leur expérience commune dans les régions rurales
© FAO México

L'évaluateur de la FAO, Luis Gomes Oliver, ajoute que la FAO conseille d'éviter les projets isolés pour se concentrer sur les partenariats. L'agence des Nations Unies a aussi recommandé de payer le personnel ayant assisté à la rédaction des propositions d'entreprises même dans le cas de réjections et de créer des liens entre entrepreneurs pour faciliter le transport des produits au marché. La FAO met aussi l'accent sur les études de cas, la recherche de marchés et un suivi sérieux.

Pour Oliver, les financements publics se sont en général trop axés sur l'aide aux revenus dans les zones rurales et pas suffisamment sur le renforcement des capacités. D'autre part, on constate peu de soutien des donateurs pour les projets avec une approche JERFT. Alors, le programme pour les jeunes entrepreneurs des régions rurales et le fonds pour la terre peut-il être 'recopié' ailleurs? « Pas réellement parce que ce programme a été créé pour répondre à une situation mexicaine spécifique », explique Falcon. « Toutefois, plusieurs aspects tels que 'le projet école', les critères de situation pour les entreprises, l'importance des 'business plans' et des tuteurs (pour les services mais aussi les conseils) comme la combinaison de subsides et de prêts pourraient être adoptés ».

Ecrit par: Vanya Walker-Leigh

Date de publication: avril 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus