Police de caractères: petite normale grande

 

 

Apprentissage et santé

'Apprentissage et santé' encourage les enfants à utiliser des terres appartenant à l'école pour cultiver (© VVOB Healthy Learning programme)
'Apprentissage et santé' encourage les enfants à utiliser des terres appartenant à l'école pour cultiver
© VVOB Healthy Learning programme

Kennedy Mwangi, 12 ans, est un garçon heureux. L'année dernière, il a aidé à cultiver des légumes pour ses camarades de classe à l'école primaire de Naromoru, au Kenya. Dans le potager de la classe, ils ont semé des choux farcis, des tomates, des épinards, de la morelle noire et des oignons puis ont entretenu le demi-hectare de terres cultivées de l'école. En 2010, les écoliers ont récolté 14 sacs de maïs et 2 sacs de haricots dont ils ont pu donner une partie à leurs camarades orphelins. Force est de constater que ces déjeuners produits sur place ont eu une incidence positive sur le taux de présence des enfants à l'école (820 inscriptions en 2011 contre 615 l'année d'avant) et qu'ils sont un remède contre l'absentéisme et le décrochage scolaire.

Située dans un endroit aride et rocailleux de la région Maasai de Kaijado, l'école primaire de Naromoru est une des 30 écoles bénéficiant du 'programme d'apprentissage et santé' parmi les huit districts arides et semi-arides du Kenya. Inauguré en 2008 et établi par le Ministère de l'Education du Kenya en collaboration avec l'association flamande pour la coopération au développement et l'assistance technique (VVOB), ce programme encourage les enfants et leurs communautés à cultiver et à garder des petits animaux sur des terres appartenant à l'école mais aussi à mettre en pratique des techniques liées à l'agroforesterie et à la conservation de l'eau.

A travers ces initiatives, le programme espère améliorer la nutrition des écoliers et de leurs familles mais aussi protéger l'environnement en aidant les enfants à acquérir un savoir-faire qui leur servira après leur scolarité. En 2010, 16.794 élèves de huit districts ont été enrôlés dans le 'programme d'apprentissage et santé' et ce nombre est en augmentation comme l'indique le taux élevé d'inscriptions scolaires.

Relever les défis

Les écoles sont encouragées à remplacer les plates-bandes par des potagers (© VVOB Healthy Learning programme)
Les écoles sont encouragées à remplacer les plates-bandes par des potagers
© VVOB Healthy Learning programme

Toutefois, selon la directrice de l'école, Joyce Sankok, aménager un potager et cultiver à l'école était loin d'être évident à cause du terrain caillouteux. Elle a du s'entendre avec les entrepreneurs locaux pour obtenir de la terre excavée de leurs sites de construction, puis une fois le sol nivelé, l'école a acheté du fumier et les semis ont eu lieu lors de la saison des pluies en 2010, suivis de résultats très prometteurs.

Les sécheresses posant toutefois un problème récurrent dans la région, Clement Osano, du Ministère des normes et de l'assurance qualité de l'enseignement, constate que la récupération de l'eau est devenue un élément principal du projet de même que la culture de variétés résistantes à la sécheresse telles que la morelle noire. Des citernes de collecte d'eau ont été d'ailleurs été placées dans les écoles et les élèves ont appris à se laver les mains en utilisant des 'seaux percés', c'est-à-dire des seaux suspendus près des potagers pour que le ruissellement profite aux plantes et ne soit pas gaspillé.

A Naromoru, l'école a également sa propre pépinière, où les élèves font des semis de légumes et plantent des arbres, lesquels poussent dans l'enceinte de l'école après avoir été transplantés. « Récolter des semences pour notre pépinière a été assez simple », raconte Joyce Sankok, « les élèves ont amené des semences de chez eux à l'école puis nous avons planifié les arrosages jusqu'à l'obtention de pousses et de jeunes plants ».

Travailler au sein de la communauté

En partenariat avec le Ministère de l'Education et le Centre Mondial de l'Agroforesterie (ICRAF), les écoles ont reçu un soutien pour cultiver des espèces adaptées à la région et pratiquer l'élevage de lapins et de volailles qui finiront à la cuisine de l'école.

'Apprentissage et santé' vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition tout en protégeant l'environnement (© VVOB Healthy Learning programme)
'Apprentissage et santé' vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition tout en protégeant l'environnement
© VVOB Healthy Learning programme

« Le projet adopte une approche participative », explique Vivian Nereah, la responsable de l'information et de la communication du programme 'apprentissage et santé', « parce que les élèves, les enseignants et les parents prennent tous part au bon fonctionnement des programmes agricoles de l'école. Ceux-ci seront ensuite reproduits à la maison par les élèves et même par la communauté plus large ». Le responsable du programme, Wangari Mathenge, a même constaté avec surprise que certains enfants élevaient des poules et des lapins à la maison, ce qui est inhabituel pour les bénéficiaires du programme, provenant en général de communautés pastorales. « Encourager des communautés comme les Maasai à manger de la volaille ou du lapin n'est pas une tâche facile : pour eux, les poulets sont de simples oiseaux et les hommes n'aiment pas trop l'idée de les élever ou de les manger », ajoute Vivian Nereah.

Dans les zones particulièrement arides, on récolte aussi du foin sur les emplacements scolaires, qui une fois emballé et entreposé, sera vendu aux communautés voisines et utilisé en cas de sécheresse.

Et comme le projet est prévu jusqu'en 2013, d'autres communautés basées autour des écoles 'apprentissage et santé' pourront à leur tour collecter l'eau, planter des arbres, cultiver et élever des petits animaux, améliorant ainsi la sécurité alimentaire et la nutrition tout en protégeant l'environnement.

Ecrit par: Maina Waruru

Date de publication: avril 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus