Police de caractères: petite normale grande

 

 

Former les jeunes pour la paix dans le Nord Kenya

Des conflits armés ont lieu entre les communautés pastorales du Nord Kenya (© Siegfried Modola/IRIN)
Des conflits armés ont lieu entre les communautés pastorales du Nord Kenya
© Siegfried Modola/IRIN

Vol de bétail, raids dans les zones frontalières et représailles sont monnaie courante dans un grand nombre de villages isolés du Nord Kenya suite au conflit de longue date entre les communautés pastorales concernant les ressources en eau et les pâturages, le droit à la terre et la politique. Dans les districts de Wajir, Garissa, Tana River et Mandera, les jeunes ont été armés par les communautés afin de les défendre et organiser des raids contre les tribus 'ennemies'. L'augmentation de la violence et la perte de leur bétail a provoqué l'exode de milliers d'éleveurs vers les villes.

Pour tenter d'enrayer ces conflits, des activités d'instauration de la paix, soutenues par le gouvernement, ont vu le jour en 2003 et sept tribus locales ont été rassemblées afin de chercher des solutions ensemble. En impliquant les anciens des clans, des représentants des femmes et des jeunes, les différentes tribus ont pu discuter des éléments qui avaient exacerbé le conflit, signer un traité de paix et former un comité responsable de la résolution de disputes et du partage des ressources. Des centaines de jeunes ont aussi du rendre leurs armes sous peine de recevoir une amende et d'être taxé de 100 chameaux.

Un nouveau départ

Afin d'aider les jeunes démobilisés à créer leur propre entreprise, l'organisation locale Frontier Indigenous Network (FIN), a démarré un programme de formation professionnelle dans la région. « Nous avons ciblé les jeunes parce que l'insécurité refaisait surface après la démobilisation », explique Asha Mulki, le coordinateur du programme FIN. « Après la formation, les groupes ont proposé des projets et nous les avons aidé à obtenir des emprunts auprès de banques locales pour monter leurs entreprises ». Deux cents jeunes ont reçu une formation.

Les fruits et légumes de <em>Wathajir</em> sont achetés par les habitants de Garissa (© Abjata Khalif)
Les fruits et légumes de Wathajir sont achetés par les habitants de Garissa
© Abjata Khalif

Quarante jeunes participant aux formations FIN ont ensuite créé un groupe appelé Wathajir - ce qui signifie 'ensemble comme une seule communauté'. Après avoir appris comment démarrer une entreprise, gérer du capital et reçu des conseils des services locaux de vulgarisation agricole, ils ont pu établir des liens avec les marchés nationaux et internationaux avec l'appui de FIN. Et rapidement, Wathajir s'est mis à cultiver des mangues, des pommes, des pastèques, des citrons, des choux frisés et des épinards le long du fleuve Tana. « Nous avons reçu un prêt d'une banque locale pour acheter des plants, des machines agricoles et un moteur diesel pour pomper l'eau du fleuve. Chacun fait de son mieux et nous sommes bien organisés », commente Mohamed Abikar, le responsable de Wathajir.

Les membres du groupe ont également bénéficié d'un programme radio bi-hebdomadaire, réalisé par le bureau agricole local et le réseau des journalistes pour les communautés pastorales du Kenya. Diffusé en somali et orma, le programme propose des conseils agricoles sur la fertilité des sols, les cultures résistantes à la sécheresse, les cultures en terrasses et l'implantation de pépinières d'arbres fruitiers aux communautés agro-pastorales de la région.

Partage de responsabilités

Les 40 jeunes de Wathajir participent à toutes les tâches sur leurs 8 ha de terres. « Quelle que soit notre position », dit Abikar. Le groupe se retrouve aussi tous les vendredis pour discuter des difficultés, des possibilités et des finances de l'exploitation agricole. « Nous résolvons aussi des problèmes touchant aux malentendus entre les membres, aux obligations et aux objectifs à atteindre et tâchons de transformer nos faiblesses en opportunités stimulantes », continue Abikar, « et nous avons fait de sérieux progrès depuis le démarrage de l'exploitation agricole en 2003 », ajoute t-il. « A présent, les habitants de Garissa achètent nos légumes ».

Avec l'aide d'un agent, Wathajir vend aussi des mangues à Masafi, une entreprise de transformation des fruits basée au Moyen-Orient et grâce aux profits réalisés par la vente de leurs produits sur les marchés locaux et internationaux, le groupe a pu établir un système d'épargne permettant aux membres d'emprunter de l'argent pour démarrer de nouveaux projets.

Wathajir envisage également de mener une campagne de sensibilisation à l'environnement dans la région pour attirer l'attention de la population sur le besoin de protéger le fleuve Tana dont le niveau d'eau baisse fortement.

Les membres du groupe <em>Wathajir</em> se rencontrent une fois par semaine (© Abjata Khalif)
Les membres du groupe Wathajir se rencontrent une fois par semaine
© Abjata Khalif

Un modèle pour les jeunes

Selon un responsable régional, cette entreprise agricole est considérée comme un projet modèle pour les jeunes du Kenya. « Nous souhaitons que les jeunes s'inspirent de cette initiative et la reproduisent, qu'ils puissent s'investir dans des activités génératrices de revenus et créer de l'emploi » ajoute t-il. D'autres ex combattants sont par exemple devenus mécaniciens, collecteurs de déchets, maçons, vendeurs de bétail, marchands de lait ambulants, ou encore récoltants et négociants de gomme arabique.

Leurs entreprises ont largement contribué au développement de la communauté et à la réintégration des jeunes dans cette même communauté. Et, malgré quelques incidents et des conflits pour le partage des ressources lors de sécheresses prolongées, la violence inter clans s'est considérablement réduite dans les districts de Wajir, Garissa, Mandera et Tana River depuis que les jeunes ont été démobilisés et ont suivi des formations. De plus, à présent, si de nouveaux conflits apparaissent, les comités de médiation communautaires peuvent apporter une réponse rapide et discuter de solutions possibles pour les désamorcer.

Ecrit par: Abjata Khalif

Date de publication: avril 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus