Police de caractères: petite normale grande

 

 

Mozambique : promouvoir l'esprit d'entreprise agricole

Au Mozambique, 3 millions de petits agriculteurs cultivent des cultures vivrières sur moins de cinq hectares (© SNV)
Au Mozambique, 3 millions de petits agriculteurs cultivent des cultures vivrières sur moins de cinq hectares
© SNV

Au Mozambique, trois millions de petits agriculteurs cultivent des cultures vivrières comme le maïs, le riz, le sorgho et le manioc sur moins de cinq hectares tandis que quelques centaines d'exploitants agricoles à peine produisent des cultures telles que la canne à sucre, le coton, le thé et le gingembre destinées à l'exportation. Ensuite, il existe également un troisième groupe d'agriculteurs qui possèdent environ dix hectares et utilisent des intrants et une approche mécanisée pour leurs cultures destinées au marché.

« Ce groupe d'agriculteurs est négligé » explique Wim Goris, le facilitateur du réseau Agri-ProFocus (APF) pour le Mozambique. « Ils savent ce que représente le marché, réalisent quelques investissements selon les possibilités qui se présentent et tâchent tant bien que mal d'augmenter leurs revenus. Ils n'ont pas besoin d'aide concernant les techniques de production mais plutôt d'informations sur l'accès au marché, les services liés au développement des entreprises, les filières de production et l'accès aux crédits », ajoute t-il.

Apprendre par la pratique

Avec ses 30 membres - comprenant les donateurs, les organismes financiers et de formation et les entreprises privées - le réseau hollandais APF travaille pour promouvoir les entreprises agricoles et implanter des organisations de producteurs solides dans sept pays africains. « Le Mozambique possède un potentiel agricole énorme et les agriculteurs mozambicains cherchent à développer des activités dans ce secteur, tout comme les agriculteurs en Ethiopie ou en Europe », commente Goris. « Mais la plupart des agriculteurs au Mozambique font face à des défis spécifiques tels la taille des exploitations, les compétences en agriculture, l'accès aux intrants, les financements, les services de conseils et les marchés ».

L'Organisation néerlandaise de développement (SNV) et l'Institut royal pour les tropiques (KIT) sont les coordinateurs du réseau national du Mozambique ou 'Agri-hub', qui comprend des organisations d'agriculteurs, des banques, des entreprises agricoles privées, des ONG et des institutions gouvernementales. « Les Agri-hubs créent des opportunités de développement économique », explique Goris, « de plus, ces réseaux agricoles permettent aux producteurs organisés de pénétrer de nouveaux marchés, de professionnaliser leurs services et d'acquérir des connaissances ».

Les Agri-hubs permettent aux producteurs organisés de pénétrer de nouveaux marchés, de professionnaliser leurs services et d'acquérir des connaissances (© SNV)
Les Agri-hubs permettent aux producteurs organisés de pénétrer de nouveaux marchés, de professionnaliser leurs services et d'acquérir des connaissances
© SNV

A Chibuto, un consortium de trois membres du réseau APF travaille avec la Chibuto School of Business and Entrepreneurship, de l'université Eduardo Mondlane, afin de développer les compétences des enseignants, des étudiants et de la communauté locale en matière d'agro-business. Le programme, qui a démarré début 2011, permet de former les enseignants aux nouvelles méthodes d'enseignement interactif, utilisant entre autre des cas en direct, et de guider la recherche action avec agriculteurs et étudiants.

« L'école soutiendra également les organisations locales de producteurs et les petites et moyennes entreprises à l'aide d'un centre de pépinières d'entreprises », ajoute Willem Heemskerk de KIT, « cela devrait permettre aux étudiants d'acquérir une expérience pratique de travail ».

Améliorer les filières

APF travaille également avec Banco Terra, une banque mozambicaine qui finance des produits issus de filières et des produits de base, elle-même liée avec Rabobank, membre de l'APF. Banco Terra travaille avec la coopération néerlandaise (SNV) pour développer un programme de soutien aux agriculteurs permettant à ces derniers d'établir des liens avec le marché, de réaliser des accords contractuels écrits avec les acheteurs, d'améliorer la qualité de leurs produits, d'avoir accès aux intrants et aux services et de rassurer leurs acheteurs sur les bonnes pratiques agronomiques et de gestion mises en place.

Le programme vise 15.000 agriculteurs et se concentrera d'abord sur les filières du sésame, de l'arachide et de l'horticulture. « Ce programme cherche bien sûr à augmenter les revenus, à encourager les opportunités d'emploi et la production des agriculteurs impliqués », explique Luis Miguel Correia de SNV, « mais surtout à créer un environnement favorable qui fera en sorte que les intrants nécessaires, les financements, la formation technique et les services liés au marketing soient fournis par les entreprises locales, les prestataires de services et les institutions gouvernementales ».

En joignant leurs ressources, les membres des Agri-hubs peuvent fournir un soutien en matière d'agro-business, des systèmes d'informations sur les marchés et des services financiers pour les agriculteurs du Mozambique. Les Agri-hubs permettent aussi à leurs membres d'échanger et d'apprendre à travers les plateformes sociales en ligne et autres événements d'apprentissage et d'échange, reliant recherche et pratique. Pour Miguel Correia, « un autre avantage est le renforcement des liens avec les prestataires de services, les ONG et le secteur public. Les organisations d'agriculteurs ont besoin de soutiens multiples au sein d'une approche réseau pour améliorer leur entreprise et les processus de commercialisation ». Le réseau APF inclut de plus en plus de partenaires mozambicains et s'appuie sur le modèle Agri-hub qui concilie action et apprentissage.

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin (© SNV)
Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin
© SNV

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

APF a déjà pu établir des réseaux d'action et apprentissage dans plusieurs pays africains qui aident à renforcer les liens entre les programmes agricoles des membres APF existants et leurs partenaires locaux. Les coordinateurs des Agri-hubs organisent également des événements qui permettent aux membres du réseau de démarrer de nouveaux projets et de travailler ensemble de manière plus intensive.

« Les réseaux décollent difficilement », affirme Wim Goris, « mais une fois mis en place, ils ont de multiples avantages. C'est pourquoi à Agri-ProFocus, nous croyons vraiment que 'seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin.' Fort heureusement la construction d'alliances et l'engagement multipartite est devenu le standard dans de nombreux pays. Cela fait aussi partie du savoir-faire d'Agri-ProFocus et nous voyons de plus en plus d'entreprises, d'universités et de consultants faire appel à nous pour cette raison ».

Date de publication: juillet 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus