Police de caractères: petite normale grande

 

 

Les nouveaux entrepreneurs spécialisés dans la commercialisation des produits agricoles

Les entrepreneurs en commercialisation agricole font le lien entre les petits agriculteurs et les autres acteurs clés de la chaine commerciale (© Ueli Scheuermeier)
Les entrepreneurs en commercialisation agricole font le lien entre les petits agriculteurs et les autres acteurs clés de la chaine commerciale
© Ueli Scheuermeier

Jacinta Namuribu est responsable commerciale. Gestionnaire de réseau pour AgriNet à Tororo, Ouganda, elle collabore avec le groupe d'investissement « Rural African Ventures Investments » (RAVI). Elle fait ainsi partie d'un réseau d'agents agréés pour la fourniture de services de transactions sécurisées (« Transaction Security Service » - TSS) actif dans toute l'Afrique de l'Est. Avec l'aide des 23 agents TSS qu'elle dirige, Namuribu met en contact producteurs et acheteurs. Ses agents gèrent également des panneaux d'information dans les villages et les marchés afin d'assurer la diffusion de l'information commerciale : on y retrouve les prix du marché et des annonces commerciales. Elle ne perçoit aucun salaire pour son travail mais touche une commission lorsqu'une affaire est conclue.

Pour illustrer le fonctionnement du système, Namubiru nous décrit une affaire récente. Elle a été contactée par téléphone par un acheteur potentiel : le Fonds pour les enfants de Busia (« Busia Child Fund ») était à la recherche de semences d'arachide pour ses groupements d'agriculteurs. Les deux parties ont discuté les détails de l'affaire et l'acheteur a demandé un devis. Namubiru a alors chargé un de ses agents TSS d'enquêter sur les prix locaux auprès de différents agriculteurs. Elle a reporté le résultat de cette recherche dans le formulaire TSS officiel afin de calculer si une affaire acceptable pouvait être conclue, c'est-à-dire une affaire qui dégage un revenu équitable pour les agriculteurs et permette à Namubiru et ses agents de percevoir une commission pour leurs services.

« Pour de telles affaires, » explique Namubiru, « après avoir encodé les informations relatives aux prix, aux coûts moyens, à l'acheteur, au vendeur et aux agents TSS impliqués, j'envoie le formulaire TSS dûment complété par courriel à la plate-forme d'apprentissage interentreprises de RAVI. Là il est analysé, validé et l'affaire peut se poursuivre. » Cette procédure prend généralement un jour, et Namubiru peut alors expliquer à l'acheteur le mode de calcul du prix retenu : un prix équitable pour le producteur, auquel s'ajoute le coût moyen du transport et du déchargement, et majoré d'une commission de dix pour cent pour le réseau. L'acheteur envoie ensuite un bon de commande d'achat local à titre de confirmation. Namubiru ajoute que « pour rechercher les produits auprès des agriculteurs, nous prévenons nos agents par SMS. Ceux-ci placent alors sur les Panneaux d'Information AgriNet une annonce commerciale reprenant la qualité et la quantité requises et l'offre de prix d'achat. »

A la recherche de fournisseurs

Les agents TSS placent des annonces commerciales sur les Panneaux d'Information AgriNet (© Anne Dennig)
Les agents TSS placent des annonces commerciales sur les Panneaux d'Information AgriNet
© Anne Dennig

Le groupement d'agriculteurs « Mari Agro Farmers' Association » (MAFA) est un exemple de la manière dont des fournisseurs potentiels répondent aux annonces commerciales d'AgriNet. Le MAFA ayant vu l'annonce relative au Fonds pour les enfants de Busia, a appelé Namubiru pour dire que ses membres pouvaient fournir les semences d'arachide demandées par l'acheteur. L'agent TSS responsable pour ce groupe d'agriculteurs est allé vérifier les semences du MAFA et a confirmé qu'il s'agissait bien de la variété recherchée d'arachides en coque et que la qualité était bonne. Il a ensuite supervisé le marquage des sacs pour assurer leur traçabilité avec chaque producteur individuel, procédé au chargement des trois tonnes d'arachides et a enfin remis au président du groupement un reçu pour le paiement de ses membres. A l'arrivée des semences à Busia, Namubiru et le responsable du Service public régional agricole ont supervisé le contrôle du poids et de la qualité, et deux heures plus tard, l'argent de l'acheteur se trouvait sur le compte TSS. L'affaire s'est avérée être excellente.

Une fois payés les coûts moyens et la commission partagée entre les agents TSS impliqués, le paiement dû au producteur est envoyé directement sur son téléphone via un système de transfert de fonds par téléphone portable. « Les affaires conclues dans le cadre du TSS ont rapporté aux agriculteurs des prix entre 15 et 20 pour cent plus élevés que ceux offerts par des intermédiaires traditionnels, » rapporte fièrement Namubiru. « Des produits de qualité, fournis par des petits exploitants, vérifiés avec soin, marqués pour en assurer la traçabilité, et fournis en quantité suffisante : tous ces éléments garantissent l'obtention de bons prix d'achat. »

Les économies réalisées grâce à l'efficacité de la chaîne garantissent une situation où producteurs, acheteurs et membres du réseau sont tous gagnants. Pour atteindre un tel résultat, il faut une transparence totale de tous les prix payés tout au long de la chaine de commercialisation : une des tâches essentielles du réseau TSS est précisément de veiller à cette transparence, en utilisant les technologies modernes de l'information et de la communication (TIC).

La révolution TIC dans la commercialisation agricole

Le développement des TIC dans le monde de la commercialisation agricole a permis à des entrepreneurs comme Namubiru de pénétrer le cœur du monde des affaires, souvent en assumant des fonctions qui précédemment auraient été remplies par des entrepreneurs plus expérimentés et établis. RAVI a développé des expériences de commercialisation au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda. Dans ces pays, le groupe d'investissement a constaté que les jeunes entrepreneurs adoptaient rapidement de nouvelles approches commerciales et entendaient tirer profit des avantages de la téléphonie mobile, de l'informatique et de l'internet. Les membres du réseau TSS de RAVI échangent leurs expériences commerciales sur le web via la plateforme d'apprentissage entre pairs « Linking Local Learners ». Par ce même biais ils sont également formés à de nouvelles pratiques économiques.

Les TIC ont aidé des entrepreneurs comme Namubiru à pénétrer le cœur du monde des affaires (© Anne Dennig)
Les TIC ont aidé des entrepreneurs comme Namubiru à pénétrer le cœur du monde des affaires
© Anne Dennig

Les agents TSS sont rompus à l'échange de SMS contenant des données sur les marchés, via des plateformes d'information telles que Mobilinfo. Les administrateurs de réseaux établissent des bases de données concernant acheteurs et vendeurs qui les aident à faire le lien effectif entre les producteurs et les acheteurs. En tant que courtiers et membres du réseau TSS, les agents TSS ne doivent pas acheter et vendre des matières premières. Il leur est ainsi possible d'entamer une carrière dans ce domaine en ayant simplement du temps, de l'énergie, une sérieuse envie d'apprendre et un téléphone mobile. Grâce aux TIC, ces jeunes entrepreneurs ont développé un nouveau rôle d'intermédiaire dans la commercialisation agricole : ils fournissent un service professionnel qui s'intègre dans la chaine du commerce rural et perçoivent en retour une commission. Leur travail rend cette chaine plus performante et permet aux producteurs de dégager un plus grand profit.

Ecrit par: Anne Dennig, Jacinta Namubiru, Ueli Scheuermeier et Clive Lightfoot

Date de publication: juillet 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus