Police de caractères: petite normale grande

 

 

Mexique : Le 'café carbone' pour atténuer les effets du changement climatique

Grâce à la reforestation et l'agroforesterie, des petits producteurs de café vont générer des crédits carbone (© Rainforest Alliance)
Grâce à la reforestation et l'agroforesterie, des petits producteurs de café vont générer des crédits carbone
© Rainforest Alliance

Un projet pilote et novateur de reforestation et d'agroforesterie est actuellement mis en oeuvre par Pronatura Sur et d'autres partenaires locaux avec l'aide de Rainforest Alliance à Oaxaca au Mexique. Ce projet génèrera des crédits carbone et aidera ainsi plus de 400 petits producteurs de café à atténuer les effets du changement climatique, sauvegarder leurs forêts et améliorer leur niveau de vie.

Les exploitations qui reçoivent une certification de Rainforest Alliance doivent se soumettre à des contrôles annuels stricts afin d'être en adéquation avec les normes sociales, environnementales et économiques, définies de manière rigoureuse par le Réseau d'Agriculture Durable*. Mais pour générer des crédits carbone, le chemin est encore long. En s'appuyant sur les systèmes de gestion déjà mis en place dans les exploitations de café certifiées, Rainforest Alliance a développé en 2009 un guide-cadre pour le développement de projets d'agroforesterie favorisant la capture des émissions de carbone et permettant l'obtention de crédits carbone.

Aller de l'avant

Pour pouvoir générer des crédits carbone, les agriculteurs mexicains participant au projet plantent des arbres fruitiers et des arbres de bois d'œuvre pour créer des barrières naturelles, reboiser les pâtures dégradées et augmenter la part de leur surface de production consacrée à la culture du café sous couvert forestier. En plus de ses activités de soutien à la reforestation, Pronatura Sur, en collaboration avec Unidad Ecológica para el Sector Café Oaxaqueño (UESCO) et Agroindustrias Unidas de México, apprend également aux agriculteurs à surveiller la quantité de carbone capturée et à gérer la vérification et la vente des crédits carbone générés par le projet.

Les agriculteurs apprennent à surveiller la quantité de carbone capturée (© Pronatura Sur)
Les agriculteurs apprennent à surveiller la quantité de carbone capturée
© Pronatura Sur

« L'objectif est d'améliorer le niveau de vie de plus de 400 agriculteurs impliqués dans des pratiques agricoles durables et d'atténuer les effets du changement climatique, en facilitant un projet de reforestation qui génèrera des crédits carbone », explique Israel Amezcua Torrijos, Coordinateur du Programme Changement Climatique chez Pronatura Sur. Durant les 25 années de fonctionnement du projet, les arbres devraient capturer plus de 100.000 tonnes métriques de dioxyde de carbone. « L'idée est que les arbres aideront les agriculteurs à diversifier leurs revenus et améliorer leur environnement », ajoute Torrijos. « Le projet aidera également la communauté à développer son expertise technique et organisationnelle ».

Depuis le mois d'août 2011, Pronatura Sur élabore le descriptif du projet qui servira de document de base pour l'évaluation de celui-ci au regard des normes internationales qui s'imposent. Julianne Baroody, coordinatrice de projet Climat chez Rainforest Alliance explique qu' « il faut s'assurer que les agriculteurs proposent des produits de qualité qui leur procureront un revenu. Satisfaire à des normes carbone indépendantes permet de garantir que les crédits sont vendables et attractifs sur le marché ». Dans le futur, Rainforest Alliance espère que les audits de vérification sur place seront menés conjointement avec les contrôles effectués par SAN, pour augmenter l'efficacité et diminuer les coûts.

Quels avantages ?

« Un projet comme celui-ci démontre qu'il est possible d'atténuer les effets du changement climatique d'une manière qui profite à la fois aux agriculteurs, aux communautés rurales, aux écosystèmes régionaux et à la situation climatique globale, » explique Jeff Hayward, directeur du programme Climat chez Rainforest Alliance. Ce dernier ajoute que « avoir recours au marché des droits d'émission de carbone pour favoriser la capture de carbone ou éviter les émissions de gaz à effet de serre, tout en soutenant la reforestation, offre de nouveaux moyens de récompenser les pratiques de gestion durable ».

Les agriculteurs augmentent la production de café cultivé sous ombrage (© Rainforest Alliance)
Les agriculteurs augmentent la production de café cultivé sous ombrage
© Rainforest Alliance

Etant donné qu'un nombre croissant de sociétés cherchent à compenser leurs émissions, le marché des crédits carbone (actuellement estimé à 120 milliards US$) apparaît comme une source potentielle de bénéfices économiques importants pour les agriculteurs qui peuvent produire de tels crédits carbone. Dans un futur proche, le projet espère commencer à vendre des crédits et ainsi assurer sa viabilité financière. Rainforest Alliance prévoit également que les agriculteurs seront en mesure de dégager des revenus plus importants de la vente de leur café en le commercialisant comme un produit durable.

A Oaxaca, beaucoup de producteurs de café se tournent vers l'élevage bovin ou l'exploitation de cultures vivrières. Grâce à l'augmentation des revenus attendue, Torrijos espère que le projet carbone encouragera le développement de la culture du café dans la région. Il ajoute que « les arbres permettront aussi de diversifier les activités de production, favorisant ainsi leur adaptation au changement climatique ». En plus de participer à l'atténuation des effets du changement climatique en éliminant le dioxyde de carbone de l'atmosphère, la reforestation permet la sauvegarde de la biodiversité, l'augmentation des espaces d'habitat pour la faune, l'entretien de la fertilité des sols, la protection des sources d'eau et la sauvegarde de la forêt d'Oaxaca. D'autres avantages sont encore attendus pour les agriculteurs, tels que des réserves plus importantes de bois de chauffage et de matériaux de construction, et l'accès aux fruits et autres produits de la forêt.

Les défis techniques

« Les plus grandes difficultés à surmonter ont été de nature technique » explique Torrijos. « Les agriculteurs ont beaucoup d'expérience en matière de certification, mais maintenant ils disposent en outre de toutes les formations nécessaires pour mettre en œuvre des activités spécifiquement liées à ce projet carbone, comme par exemple en matière de développement et de gestion des systèmes de surveillance de la capture du carbone ». Pronatura Sur a également dû fournir un soutien technique pour aider les agriculteurs à améliorer la gestion de la production du café sous couvert forestier, et à planter des espèces arboricoles indigènes qui offrent de nombreux avantages et notamment une vulnérabilité réduite aux parasites et aux maladies.

Les plus grandes difficultés à surmonter ont été de nature technique (© Pronatura Sur)
Les plus grandes difficultés à surmonter ont été de nature technique
© Pronatura Sur

Avec l'expansion des marchés volontaires et le développement des efforts internationaux pour répondre au changement climatique, les projets de crédits carbone semblent être de bons instruments. Hayward est enthousiaste : « les résultats de ce projet serviront de modèle pour d'autres projets en agroforesterie. La combinaison café certifié et crédit carbone peut être reproduite dans d'autres pays et également dans le cadre d'autres cultures. Notre espoir est de voir, par exemple, les producteurs de cacao du Ghana adapter leurs propres projets ».

Rainforest Alliance est cependant parfaitement consciente que de nombreux conseils et formations doivent être mis en place pour les petits agriculteurs afin que ce type de projet réussisse. « Cette masse de travail et d'investissement ne sera pas adaptée à toutes les situations », conclut Hayward. « Si les avantages peuvent être énormes, nous devons toutefois trouver comment associer plus largement les petits agriculteurs aux programmes REDD ou aux autres systèmes similaires de paiement des services écosystémiques (PES), qui récompensent les exploitants pour les retombées positives sur le climat découlant de la gestion durable de leurs terres ».

* Sustainable Agriculture Network - SAN

Date de publication: décembre 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus