Police de caractères: petite normale grande

 

 

En Inde, des films Bollywood encouragent les femmes à adopter la micro irrigation

IDEI a diffusé la révolution du goutte-à-goutte auprès des paysans pauvres en développant des systèmes à faible coût (© IDEI)
IDEI a diffusé la révolution du goutte-à-goutte auprès des paysans pauvres en développant des systèmes à faible coût
© IDEI

L'eau et l'alimentation sont indissociables. L'accès ou non à l'eau pour irriguer leurs cultures est une des causes de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire à laquelle font face de nombreux ménages en Inde. L'accès à l'eau concerne également des milliers de femmes qui vont et viennent au point d'eau afin d'irriguer les parcelles familiales. Toutefois, 90 % des petits agriculteurs n'ont pas accès aux équipements d'irrigation et dépendent principalement des cultures pluviales de subsistance exposées aux aléas climatiques et sécheresses répétées. Certains louent des pompes diesel chez leurs voisins plus fortunés à des coûts prohibitifs, entraînant souvent une inondation des sols, totalement inefficace.

Si Chandrabagha n'est pas hydrologue, elle tient à partager son expérience parce qu'elle a résolu ses problèmes d'eau et de nourriture en même temps. « Nous dépendions principalement des pluies pour irriguer notre parcelle de coton d'un demi hectare », raconte Chandrabagha, qui vit avec sa famille composée de six personnes à Jalgaon, Maharashtra. « On avait d'abord investi dans un puits mais le niveau de l'eau était trop bas pendant la saison sèche pour arroser nos cultures », ajoute-t-elle. « C'était une période difficile ». IDEI (International Development Enterprises India), une ONG indienne spécialisée dans les équipements d'irrigation à petite échelle permettant d'économiser l'eau, est passée dans le village au bon moment. L'ONG venait présenter une séance de cinéma en plein air et le film coloré, aux accents de Bollywood, produit avec l'aide de réalisateurs et d'acteurs connus, suivait une femme, agricultrice, qui adoptait des techniques de micro irrigation et améliorait ses conditions de vie.

Approche entrepreneuriale novatrice

Kit de maraichage familial pour cultiver des légumes sur une surface de 20m2 (© IDEI)
Kit de maraichage familial pour cultiver des légumes sur une surface de 20m2
© IDEI

Les équipements développés par IDEI sont accessibles aux paysans les plus pauvres mais aussi respectueux de l'environnement. Ils sont également faciles à opérer, ce qui permet aux femmes de les utiliser. Ce sont des pompes à pédales en bambou ou des systèmes de goutte à goutte de petite échelle de 20 à 1.000 m2, qui permettent d'obtenir deux à trois récoltes par an. Amitabha Sadangi, le Directeur d'IDEI, vient lui-même d'une famille démunie d'Orissa, l'un des Etats les plus pauvres en Inde. Il connaît la valeur de l'eau. « Un petit agriculteur doit être traité comme un client important », estime-t-il. « Quelqu'un qui va acheter des produits de qualité dont il ou elle a besoin ».

Une des clés du succès d'IDEI réside dans son approche entrepreneuriale. L'ONG établit et forme des chaînes locales de production, de distribution, et de vente et installation des équipements d'irrigation, sur des principes de profit juste et équilibré tout au long de la filière. Les distributeurs reçoivent un petit salaire fixe et les vendeurs sont payés à la commission par équipement vendu. IDEI agit aussi comme facilitateur pour identifier des sources de micro finance qui aideront les jeunes entrepreneurs à monter leur petit commerce. Ce qui a permis à des jeunes sans emploi de créer des micro-entreprises pour assembler et disséminer les kits d'irrigation sous la marque 'Krishak Bandhu' (KB), signifiant 'l'ami des paysans' en Hindi.

« Depuis que nous utilisons un système de goutte à goutte et que nous cultivons des légumes, j'ai doublé mon revenu », explique Chandrabagha. « Ma famille consomme davantage de légumes pendant l'année sans devoir se préoccuper des coûts que cela représente au marché », ajoute-t-elle suite à l'achat d'un kit KB chez un représentant IDEI local. Une pompe à pédale coûte environ 30 US$, frais d'installation compris et a une durée de vie de 8-10 ans. Toutefois, parmi cette population pauvre du secteur rural, l'offre de micro crédit n'est pas nombreuse ni souvent adaptée et l'ONG n'offre pas de solution de nanocrédit. La majorité des clients paient donc argent comptant, et collecter leurs économies ou la somme requise auprès des proches peut retarder l'adoption de la technologie. IDEI cherche actuellement des solutions en dehors des modèles de micro crédits existants, plutôt urbains, plus adaptées aux zones où ils travaillent.

Une réelle différence pour les agricultrices

Les films présentés mettent en valeur les techniques d'irrigation dans le style Bollywood, avec romance, drame et fin heureuse (© IDEI)
Les films présentés mettent en valeur les techniques d'irrigation dans le style Bollywood, avec romance, drame et fin heureuse
© IDEI

Adopter cette technologie, c'est aussi produire plus par m3 d'eau comparé aux pratiques traditionnelles : environ 160 % de production en plus avec la même quantité d'eau pour la culture de tomates. Les équipements à moindre coût permettent un retour sur investissement rapide dès la première récolte, ce qui fait une réelle différence pour les femmes agricultrices, qui, pour la première fois, possèdent leur propre système d'irrigation et gagnent du temps tout en augmentant la production agricole sur leurs parcelles. « L'objectif d'IDEI est d'aider l'agriculteur à penser à sa prochaine saison ou récolte, pas au prochain repas, en s'occupant de son premier problème ; l'eau », insiste Amitabha Sadangi.

Depuis ses débuts il y a 20 ans, IDEI a déjà touché 1.2 millions de familles Indiennes avec ses équipements d'irrigation. En moyenne, on estime que chaque acheteur de Krishak Bandhu a un revenu additionnel de 400 US$ annuel. Bien sûr, l'ONG a peaufiné son approche en 20 ans de pratiques. L'adoption d'une nouvelle technologie prend du temps et chaque erreur a un impact direct sur la sécurité alimentaire de la famille. Il faut donc qu'IDEI ait un soutien pour chaque nouvelle zone prospectée, et du temps avant que la demande locale et donc la pérennisation de la filière économique locale soit assurée. « Ce financement est toujours un souci », affirme Sadangi, « car notre modèle d'entreprenariat à impact social ne rentre pas dans les cases de tous les financeurs du développement ».

Un plan de business social encourageant

Campagne de promotion des équipements d'irrigation en rickshaw (© IDEI)
Campagne de promotion des équipements d'irrigation en rickshaw
© IDEI

D'ici à 2020, le projet espère toucher plus de 5 millions de familles en Inde, et davantage de femmes, souvent plus soucieuses d'améliorer le régime alimentaire de leurs familles. Cela veut dire poursuivre leurs efforts en matière de recherche et développement pour envisager de nouveaux produits toujours plus efficaces, abordables et qui répondent aux besoins de cette petite agriculture, comme par exemple un modèle de pompe solaire individuelle pour que les utilisateurs des pompes à pédales ne rebasculent pas vers une pompe diesel -impact environnemental). Des partenariats de transfert de technologies se développent aussi vers l'Afrique et d'autres pays d'Asie.

Lors de réunions villageoises, IDEI met en valeur le témoignage de femmes extraordinaires qui ont réussi grâce aux techniques d'irrigation à améliorer leur quotidien et celui de leurs familles. Afin de multiplier le succès de Chandrabagha, l'ONG a mis en place une production et un réseau de distribution décentralisés, et démarré une campagne de sensibilisation innovante dans les communautés rurales en présentant des films Bollywood sur la micro irrigation, des démonstrations en direct et un suivi des agents de développement. Au final, un plan de business social qui devrait améliorer la vie de nombreuses femmes dans les campagnes…

Avec la collaboration de: Jérôme Bossuet

Date de publication: mars 2012

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus