Police de caractères: petite normale grande

 

 

Au Zimbabwe, les agriculteurs podcastent les informations dans leur propre langue

100.000 agriculteurs ont désormais accès à des conseils via des lecteurs mp3 (© Practical Action)
100.000 agriculteurs ont désormais accès à des conseils via des lecteurs mp3
© Practical Action

Sheba Majoka, une agricultrice de 52 ans, s'apprête à vacciner son troupeau de 25 têtes de bétail contre la dermatose nodulaire contagieuse, et c'est pleine d'assurance qu'elle dégaine une seringue. C'est pour le moins une situation exceptionnelle dans cette zone rurale du Zimbabwe, où ce genre de tâche est traditionnellement le fait des hommes. Majoka fait partie des 100.000 agriculteurs de deux districts de la province du Mashonaland central, au nord du Zimbabwe, qui bénéficient maintenant des conseils d'experts agricoles et vétérinaires via des lecteurs mp3. Le plus surprenant est que cette révolution technologique a lieu dans une région isolée et semi-aride où le réseau électrique est inexistant, le signal radio faible et le réseau de téléphonie mobile peu fiable.

Ce projet de diffusion orale des connaissances dans les langues locales (« Disseminating Knowledge Content in Local Voices and Language ») a été mis en place par le bureau régional pour l'Afrique australe du groupe Practical Action, avec l'aide de nombreux partenaires locaux. Lawrence Gudza, chef du programme pour Practical Action, nous en dit plus : « Toute connaissance, peu importe qu'elle soit ou non la meilleure ou la mieux adaptée, ne profitera qu'à un tout petit nombre des bénéficiaires visés si elle est présentée dans des formats ou des langues inappropriés, et si elle ne prend pas en considération la question des genres. Le podcasting est particulièrement pratique à cet égard dans la mesure où il permet un partage oral des connaissances et de l'information spécialement dans les communautés où les taux d'alphabétisation sont faibles ».

Les experts en vulgarisation et les agents de développement, en collaboration avec les communautés, recueillent les informations relatives à la production agricole et animale. Avec l'aide de Practical Action, les agents de développement eux-mêmes ou des membres de la communauté, enregistrent un message verbal. Cette approche collaborative permet aux agents gouvernementaux et aux autres organisations humanitaires de rassembler de l'information, et de faire en sorte que celle-ci soit enregistrée, convertie dans des formats digitaux et téléchargée sur des dispositifs mp3. Les animateurs de communautés assurent ensuite la diffusion de ce savoir dans leurs circonscriptions et villages avec des lecteurs mp3 et des haut-parleurs. L'information est partagée lors de réunions communautaires, mais les animateurs sont également approchés en dehors de celles-ci par des agriculteurs souhaitant obtenir des réponses à des questions particulières. Les animateurs veillent à ce que l'information chargée sur les périphériques mp3 soit à jour ; un encadrement est prévu à cet égard.

Une réponse innovante au manque d'information

L'information diffusée offre des explications sur la manière de vacciner le bétail (© Practical Action)
L'information diffusée offre des explications sur la manière de vacciner le bétail
© Practical Action

Avant de lancer le projet, il a fallu identifier les besoins de chaque communauté en terme d'informations, son niveau d'alphabétisation et ses structures administratives, ainsi que comprendre comment les questions de genre sont appréhendées au sein de la communauté. Les sources existantes d'accès au savoir ont également été examinées et notamment afin de voir pourquoi les connaissances diffusées pendant tant d'années dans le cadre des efforts de vulgarisation n'ont pas eu pour effet d'améliorer le niveau de vie des gens. Il est ainsi apparu que les services de développement traditionnels ont du faire face à diverses difficultés : salaires insuffisants, exode des agents qualifiés vers des cieux plus cléments, ressources inadaptées et réseau routier fortement limité. Par ailleurs, les agents de développement ont souvent suivi les modèles prescrits sans les adapter aux besoins réels des communautés, ce qui a conduit à sélectionner, formater et diffuser l'information de manière inadéquate.

« Les nouveaux formats numériques introduits par le projet en vue d'une diffusion des connaissances, verbale et dans les langues locales, a brisé les barrières de l'analphabétisation, de l'âge et du sexe que l'on retrouvaient avant », explique Gudza. Les dispositifs mp3 ont servi à enregistrer et écouter différents types de fichiers vocaux, et notamment des séances de questions-réponses ou de courtes explications concernant des procédures techniques. Dix messages relatifs à la santé animale ont été élaborés en fusionnant le contenu scientifique avec les connaissances locales fournies par les responsables des communautés. L'information diffusée offre ainsi des explications sur la manière de vacciner, écorner et castrer les bœufs, ou encore protéger le bétail contre les tiques, des tâches qui étaient autrefois effectuées par le Ministère du développement de l'élevage.

Podcaster est une force

Les membres de la communauté se réunissent pour écouter les messages de vulgarisation enregistrés au format mp3 (© Practical Action)
Les membres de la communauté se réunissent pour écouter les messages de vulgarisation enregistrés au format mp3
© Practical Action

Bien qu'elles n'aient jamais utilisé d'ordinateur, les communautés rurales du district ont adopté facilement cette nouvelle technologie. « Podcaster est très pratique », explique Sheba Majoka. « Cela donne aux gens une série d'instructions ; comme le contenu ne change pas, je peux l'écouter plusieurs fois. J'ai aussi accès à l'information plus rapidement que lorsque j'assiste à des réunions formelles qui prennent plus de temps ». Et elle ajoute : « Grâce au podcast j'ai notamment appris à diagnostiquer un animal malade et à le traiter ». S'appuyant sur ce succès, les communautés souhaitent maintenant enregistrer leurs propres messages afin de fixer les connaissances traditionnelles et les diffuser plus largement encore. Si le coût d'un dispositif mp3 est d'environ 130 US$, Pratical Action est convaincu que l'investissement en vaut largement la peine au vu des bénéfices découlant du recours à de meilleures pratiques agricoles.

Le bureau régional de Pratical Action pour l'Afrique australe passe maintenant la vitesse supérieure et étend son projet à trois nouveaux districts dans la province zimbabwéenne du Matabeleland sud. Un Centre de Connaissances a été établi dans la province au départ duquel seront introduites des techniques numériques de vulgarisation qui devraient toucher au moins 100.000 agriculteurs. L'accent sera mis sur la production agricole, les techniques agroalimentaires, l'eau et les installations sanitaires. Par ce travail en collaboration avec les communautés, le projet prouve que de nouvelles techniques peuvent être adoptées et le savoir partagé. Practical Action appelle toutefois les gouvernements, les ONG et le secteur privé à faire plus d'efforts dans leur utilisation des formats multimédia et pour le développement de sites internet multilingues et de centres de connaissance décentralisés : il s'agit de créer un environnement où les gens puissent partager les connaissances avec ceux qui en ont le plus besoin et ainsi améliorer fondamentalement la qualité de vie de tous.

Ecrit par: Thembinkosi Nyathi, bureau régional de Practical Action pour l'Afrique australe

Date de publication: mai 2012

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus