Police de caractères: petite normale grande

 

 
  • Accueil
  • Brèves
  • Succès mérité pour les rizicultrices de la vallée du fleuve Sénégal

Succès mérité pour les rizicultrices de la vallée du fleuve Sénégal

l'UTPA a contribué à améliorer l'image du riz de la vallée du fleuve Sénégal (© FAO/Giulio Napolitano)
l'UTPA a contribué à améliorer l'image du riz de la vallée du fleuve Sénégal
© FAO/Giulio Napolitano

Au Sénégal, une association a développé une expérience originale de transformation et de commercialisation du riz de la vallée du fleuve Sénégal. Les femmes membres de l'Union des jeunes agriculteurs de Koyli Wirnde (UJAK) ont entrepris de promouvoir la commercialisation du riz local de qualité.

L'UJAK est une organisation dynamique créée en novembre 1987 qui rassemble 25 associations villageoises de développement (AVD), situées dans le département de Podor et qui vise notamment à favoriser le volet agriculture au sein de la communauté rurale.

En 2000, trois agricultrices sensibilisées à l'importance du besoin de transformation des produits agricoles, ont décidé de travailler ensemble et de constituer l'Unité de transformation des produits agricoles (UTPA), au sein des structures de l'UJAK. L'UTPA a commencé par la transformation des fruits et légumes. Il a fallu attendre la Fiara (Foire internationale de l'agriculture et des ressources animales), en 2003, pour que les femmes orientent leur choix vers les céréales. Ensuite, vu l'intérêt et l'enthousiasme des visiteurs pour son riz de qualité, l'UTPA prépare la Fiara 2004, en amenant des stocks très importants (30 tonnes) de riz de qualité, avec divers sous-produits (riz entier, riz brisé, riz intermédiaire, thiacry, araw, couscous), et réalise des efforts importants sur l'emballage. Le stock est entièrement écoulé bien avant la fin de la foire.

L'UTPA a pu par la suite fidéliser une certaine clientèle, prête à acheter le riz local à des prix supérieurs pourvu qu'il soit de bonne qualité. La valeur ajoutée des produits relève des efforts réalisés dans le calibrage du riz, mais surtout du traitement manuel afin de veiller sur les écarts et les impuretés. L'UTPA a adopté un modèle misant beaucoup plus sur le facteur « travail », grâce à l'engagement de cinq femmes maniant un équipement assez simple. La qualité de la production obtenue permet de commercialiser le riz à Louga, à Thiès et à Dakar : la part de marché de la production locale est en forte augmentation.

En définitive, l'UTPA a contribué à améliorer l'image du riz de la vallée du fleuve Sénégal. Le professionnalisme s'impose et les transformatrices elles-mêmes reconnaissent que leur avantage réside dans leur force de travail : le riz traité à la main est de qualité supérieure, estiment-elles.

Cette expérience réussie reste cependant confrontée à certains défis : la pauvreté de financement limite la capacité à faire face aux commandes et trop peu d'initiatives sont prises pour démultiplier l'expérience et promouvoir les activités féminines de transformation des produits céréaliers. En outre, l'appropriation de cette expérience par les Associations villageoises de développement n'est pas encore idéale.

Date de publication: juin 2011

  • Accueil
  • Brèves
  • Succès mérité pour les rizicultrices de la vallée du fleuve Sénégal
 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus