Police de caractères: petite normale grande

 

 
  • Accueil
  • Brèves
  • Des prévisions climatiques pour réduire l'insécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest

Des prévisions climatiques pour réduire l'insécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest

La pluviométrie très faible et irrégulière réduit les marges de manoeuvre des agriculteurs (© Neil Palmer (CIAT))
La pluviométrie très faible et irrégulière réduit les marges de manoeuvre des agriculteurs
© Neil Palmer (CIAT)

S'appuyer sur les prévisions climatiques pour optimiser les rendements est une option prometteuse et peu coûteuse pour les paysans ouest-africains, selon une étude réalisée au Sénégal par des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et leurs partenaires*.

« Si les prévisions saisonnières des pluies sont diffusées dans chaque pays par les organismes météorologiques nationaux, l'information n'atteint que rarement les agriculteurs. L'impact potentiel des projections saisonnières sur l'économie agricole demeurait dès lors méconnu » expliquent les chercheurs.

Le fait est désormais établi : « adapter chaque année les stratégies culturales en fonction des prévisions permettrait des gains de production allant jusqu'à 80% » estiment-ils.

Même dans une zone sahélienne comme le Niger, où la pluviométrie est très faible et irrégulière, et les marges de manoeuvre des petits producteurs de mil* réduites, les revenus pourraient augmenter jusqu'à 30%. « Les alternatives offertes aux paysans sont en général limitées », commentent les chercheurs. « Choisir entre quelques variétés de la céréale, fixer la date de semis et opter ou non pour l'utilisation de fertilisants - choix risqué compte tenu du coût élevé des intrants et difficile pratiquement car les engrais chimiques sont peu accessibles sur les marchés ».

L'équipe de recherche a fait appel à des outils de modélisation pour simuler les adaptations que peut effectuer un producteur de mil nigérien.

Cela lui a permis d'évaluer les bénéfices attendus des prévisions climatiques sur les rendements agricoles sur le long terme. Elle s'est ainsi basée sur 18 années de prévisions climatiques, de 1990 à 2007, et a testé plusieurs scénarios en fonction de la précision des projections et des informations délivrées aux agriculteurs. Les résultats montrent que les rendements agricoles peuvent être améliorés de près de 7% malgré le faible niveau de détail du système actuel.

Ces résultats confirment l'intérêt d'améliorer la finesse des prévisions et de les diffuser via les médias aux agriculteurs. Les projections climatiques pourraient alors leur permettre de faire les bons choix en matière de culture, parfois plus risqués mais souvent plus rentables et non plus uniquement tournés vers l'autoconsommation.

En outre,ces mesures permettraient aux communautés paysannes ouest-africaines de mieux faire face à l'insécurité alimentaire dans les prochaines années et de réduire la pauvreté de très nombreux petits producteurs.

*Chercheurs du CIRED (Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement), du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et de l'AGRHYMET Agriculture, hydrologie, météorologie), une institution du CILSS basée à Niamey au Niger.
* Le mil est l'aliment de base qui représente 75% de la production nationale au Niger

Date de publication: septembre 2011

  • Accueil
  • Brèves
  • Des prévisions climatiques pour réduire l'insécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest
 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus