Police de caractères: petite normale grande

 

 
  • Accueil
  • Brèves
  • Sawah, une méthode très productive pour les riziculteurs

Sawah, une méthode très productive pour les riziculteurs

Dans les systèmes Sawah, les plantes ont toujours suffisamment d'eau et de nutriments (© FAO/Roberto Faidutti)
Dans les systèmes Sawah, les plantes ont toujours suffisamment d'eau et de nutriments
© FAO/Roberto Faidutti

Le Centre du riz pour l'Afrique développe depuis trois ans au Bénin et au Togo (Afrique de l'Ouest), une technique de production de riz dénommée Sawah pour permettre aux paysans d'accroître leur rendement. Cette technique consiste à mettre à niveau la surface cultivable, puis à construire des digues et à remuer le sol avec des motoculteurs. Lorsque tout ceci est fait, une couche d'eau est maintenue sur le terrain tout au long de la saison. « Ceci est très avantageux et se traduit par une diminution des pertes d'eau et de nutriments », fait remarquer Sander Zwart, le chercheur principal et coordinateur du projet Sawah au Centre du riz pour l'Afrique à Cotonou au Bénin.

Cette technique réduit drastiquement les chances des mauvaises herbes de se développer, en raison de la couche d'eau créée autour de l'espace cultivé, informe Zwart. « Dans les systèmes Sawah, les plantes ont toujours suffisamment d'eau et suffisamment de nutriments », rassure t-il.

Le Sawah trouve son origine en Asie où il est pratiqué depuis plusieurs millénaires avec des rendements annuels deux ou trois plus élevés que la moyenne normale. « Les rendements peuvent aller jusqu'à 4 ou 5 tonnes ». Or les rendements en moyenne, « ne dépassent pas plus de deux tonnes », précise Sander Zwart.

Les initiateurs du projet Sawah, qui arrive à échéance dans deux ans, l'ont surtout évalué dans la localité de Bamé, à près de 150 kilomètres au nord de Cotonou, notamment pour l'impact de la gestion de l'eau et la fertilisation sur les rendements de riz.

Afin de permettre à la communauté de profiter de cette technique, une dizaine de techniciens ont été formés au Togo et au Bénin pour ensuite en faire la promotion auprès des riziculteurs dans leurs régions. « Il s'agit d'un véritable développement », reconnaît Zwart.

Plusieurs partenaires travaillent avec le Centre du riz pour l'Afrique sur le riz sur la technique Sawah. Par exemple, le Conseil pour la Recherche scientifique et industriel, CSIR au Ghana, le Centre japonais de recherche internationale sur les sciences agricoles et l'Université Kinky au Japon, le Centre national pour la mécanisation agricole et l'Université d'agriculture à Abeokuta au Nigeria. « Cette manière de cultiver le riz s'est avérée être un moyen très durable de la culture du riz », encourage Sander Zwart.

Ecrit par: Godefroy Chabi

Date de publication: mars 2012

  • Accueil
  • Brèves
  • Sawah, une méthode très productive pour les riziculteurs
 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus