Police de caractères: petite normale grande

 

 

Genre et agriculture orientée vers le marché

Comment intégrer les femmes dans le développement d'une agriculture adaptée aux besoins du marché ? (© FAO/Desmond Kwande)
Comment intégrer les femmes dans le développement d'une agriculture adaptée aux besoins du marché ?
© FAO/Desmond Kwande

Les femmes jouent un rôle primordial mais souvent méconnu dans le développement agricole. « Les pays où règnent la famine sont aussi des pays où l'inégalité entre les sexes est fortement marquée », explique Jemimah Njuki, responsable du programme 'Pauvreté, Genre et Impact' au sein de l'Institut international de recherche sur l'élevage (ILRI) au Kenya. « Pour que l'agriculture débouche sur un développement rural, il faut repenser les marchés, et pour les femmes c'est une question essentielle dans la mesure où elles rencontrent beaucoup plus de difficultés que les hommes à accéder à ces marchés et à y travailler ».

En février 2011, l'atelier 'Genre et Agriculture orientée vers le marché' organisé par l'ILRI à Addis Abeba, a réuni des chercheurs, des professionnels du développement, des bailleurs de fonds et des décideurs politiques, venus d'Afrique et d'Asie : comment favoriser la participation des femmes aux marchés agricoles et leur permettre d'en tirer profit, tel était l'objet des discussions. Quelques participants ont livré au New Agriculturist leur point de vue.

Pourquoi les questions de genre sont-elles importantes ?

Le renforcement du rôle des femmes dans l'agriculture n'est pas qu'une obligation morale, c'est aussi une question de croissance et d'équité. Si vous mettez entre les mains des femmes des actifs, des moyens, des ressources, des intrants et des technologies, cela aura des conséquences importantes en termes de réduction de la pauvreté. S'attaquer aux inégalités hommes-femmes, c'est favoriser la croissance économique, la sécurité alimentaire et la nutrition des enfants.
Jemimah Njuki, Responsable du programme 'Pauvreté, Genre et Impact', ILRI

Les femmes jouent un rôle primordial mais souvent méconnu dans le développement agricole (© FAO/Giulio Napolitano)
Les femmes jouent un rôle primordial mais souvent méconnu dans le développement agricole
© FAO/Giulio Napolitano

Si la place des femmes et leurs responsabilités sont reconnues, si elles obtiennent plus de droits de propriété, un meilleur accès aux services et aux marchés, une voix au chapitre dans les processus de décision sur les ressources et les produits, et plus de contrôle sur les revenus, alors les besoins essentiels des femmes et de leurs familles seront mieux couverts, et cela entraînera une réduction de la pauvreté et de la faim. Une meilleure réponse pourra également être apportée au rôle stratégique des femmes, en leur donnant un statut plus élevé dans leur famille et leur communauté et en augmentant leur confiance en elles pour participer activement à la production.
Ann Waters-Bayer, Fondation ETC

Parce qu'il y là un intérêt économique évident. La productivité générale pâtit de l'absence de bonnes relations et d'un bon système de décision au niveau des ménages. Au-delà des droits humains et de la justice, c'est une question de bon sens économiquement parlant, de sorte qu'il me semble que tout un chacun devrait accepter de s'engager dans cette voie puisque c'est un bon moyen d'améliorer le bien-être général.
Gerald Mutinda, Conseiller régional pour le programme du développement laitier en Afrique de l'est (« East African Dairy Development programme »)

Les femmes et les marchés

Les marchés sont un élément clé mais il est important de les appréhender de manière nuancée. Par exemple, une opportunité commerciale ne sera pas forcément la même pour une femme et un homme, mais leurs activités respectives peuvent s'avérer complémentaires pour répondre à cette opportunité.
Shirley Tarawali, Directrice du thème 'Population, Elevage et Environnement', ILRI

Lorsque la commercialisation de la production et la formalisation des marchés se développent, les hommes semblent prendre le pouvoir. C'est à mon sens dû au fait que les marchés formalisés s'éloignent de l'économie de ménage et que les femmes étant confinées dans le ménage, elles ne parviennent pas à participer à ces marchés.
Elizabeth Waithanji, Equipe 'Pauvreté et Genre', ILRI

Pour beaucoup de femmes, les moyens de transport vers les marchés sont un problème (© FAO/Giulio Napolitano)
Pour beaucoup de femmes, les moyens de transport vers les marchés sont un problème
© FAO/Giulio Napolitano

La plus grande difficulté que les femmes rencontrent découle du trajet et des moyens de transport vers les marchés. Ceux-ci sont parfois si éloignés que les femmes n'ont pas les moyens de financer le déplacement. Et si elles doivent se déplacer, c'est alors au détriment du ménage et de leurs rôles liés à la maternité.
Martha Tureti, Coordinatrice nationale 'Femmes et Développement', World Vision Kenya

Nous avons beaucoup gagné à associer les femmes à la production, à les faire participer à des formations et à les voir ensuite appliquer sur leurs parcelles ce qu'elles ont appris. Notre objectif suivant est de faire en sorte que les femmes s'engagent davantage dans les coopératives, en qualité de membres ou de responsables, de sorte qu'elles participent à toutes les étapes de la filière et en définitive maximisent pleinement les revenus qu'elles pourront retirer de l'augmentation du volume de la production.
Hallie Goertz, Technoserve

Nous devons identifier des marchés ou des produits adaptés à la condition et à la situation des femmes, en tenant compte notamment de leur expérience antérieure, de leurs conditions de vie, de leurs connaissances et de leurs compétences. C'est très compliqué d'introduire une notion dont elles ne connaissent rien.
Gizachew Sissay, Conseiller principal filières/chaines de Valeur, Oxfam

Contraintes et risques

Il faut clairement donner la priorité à la question de savoir comment les femmes peuvent obtenir un accès aux services, à l'information, à l'éducation et à la formation. Il faut se demander pourquoi les femmes ne sont pas en mesure de participer à tout cela, quelles sont les barrières et ce que nous pouvons faire pratiquement et volontairement pour passer outre ces contraintes. Le taux d'alphabétisation des femmes en Afrique est très faible : la formation et la diffusion de l'information doivent par conséquent se faire d'une façon différente pour les femmes que pour les hommes généralement plus instruits.
Ann Waters-Bayer

Pourquoi les femmes ne peuvent-elles pas participer aux formations ? (© FAO/Giulio Napolitano)
Pourquoi les femmes ne peuvent-elles pas participer aux formations ?
© FAO/Giulio Napolitano

Les bénéfices potentiels d'une croissance agricole pour les femmes sont énormes, mais il y a également des risques concrets. A chaque fois que l'on concentre l'argent, le pouvoir et les chaines d'approvisionnement, les femmes sont généralement mises de côté. Changer les techniques de production agricole peut également s'avérer source de nombreux risques. Il est important de tenter d'aider les femmes à surmonter ces risques et leur permettre ainsi d'être associées pleinement à ce qui se passe.
John McDermott, Directeur général adjoint de recherche, ILRI

Dans certaines familles, les hommes sont ouverts et veulent que leurs femmes participent, mais ce sont alors les femmes qui ne sont pas attirées par les affaires ou simplement pas motivées. Et vous avez par ailleurs des hommes dont les femmes sont motivées et désireuses de s'investir, mais eux ne veulent pas qu'elles quittent la maison. Ils préfèrent se passer d'un revenu plutôt que de voir leur femme impliquée dans une association.
Elfinesh Dermeji, agricultrice éthiopienne

L'accès à la formation, l'information et aux services est généralement monopolisé par les seuls hommes et s'organise de telle manière qu'il est plus difficile pour les femmes que pour les hommes d'y prendre part. Les hommes ont souvent plus de liberté de mouvement. Les formations ont souvent lieu dans des endroits où les femmes ne peuvent se rendre et à des heures où elles ont d'autres charges à accomplir.
Ann Waters-Bayer

L'équilibre entre les sexes

Il est impossible pour un oiseau d'oublier une de ses ailes et de voler uniquement avec l'autre. Il faut tenter de changer l'attitude des hommes afin qu'ils considèrent les femmes comme un partenaire égal, apte à participer.
Yisehak Baredo, Agent de recherche et de développement « Improving Productivity & Market Success (IPMS) » en Ethiopie

On se trompe souvent en pensant que les hommes ne sont pas intéressés par un changement en terme d'égalité des sexes, certains sont au contraire très désireux de soutenir un tel changement. Il est important que les programmes d'action soient équilibrés : on ne peut pas renforcer un sexe au détriment de l'autre, ce serait contreproductif.
Gerald Mutinda

Les hommes bénéficient-ils de l'autonomie financière des femmes ? (© FAO/Giulio Napolitano)
Les hommes bénéficient-ils de l'autonomie financière des femmes ?
© FAO/Giulio Napolitano

L'idée est que l'ensemble de la société bénéficie des initiatives qui donnent aux femmes plus d'autonomie, et le seul moyen d'atteindre ce résultat est d'amener les hommes à comprendre que là où il y a égalité des sexes, c'est tout bénéfice pour l'homme et pour l'ensemble du ménage. Si l'épouse a également droit à la parole, ce sont alors deux idées qui se complètent dans le ménage ; ce ne peut être qu'une valeur ajoutée.
Jemimah Njuki

On constate au Bangladesh que chaque fois qu'il y a plus de cinq hommes impliqués dans un groupe de 25-30, ils ont tendance à mettre la main sur certaines ressources et au bout du compte les femmes perdent tout contrôle. Par contre, lorsque le nombre d'hommes est inférieur à cinq, et leur rôle bien défini, le groupe s'en tire remarquablement bien, et ce comparé aux groupes composés uniquement de femmes, lesquels rencontrent certaines difficultés.
Muhammad Siddiquee, Coordinateur de projets, CARE Bangladesh

Si vous leur en donnez la possibilité, les femmes peuvent changer leur vie, elles peuvent améliorer leurs moyens d'existence, et leur image changera au sein de leur famille et de leur communauté. Lorsque la femme peut communiquer ouvertement avec son mari, cela signifie que son pouvoir de décision est plus important car il la consultera.
Yisehak Baredo

Lorsque les femmes se sous-estiment et sont maltraitées au sein même de leur ménage, vous pouvez leur procurer toutes sortes de choses merveilleuses mais qui ne servent à rien si vous ne vous attaquez pas aux problématiques socio-culturelles qui empêchent cette égalité des genres de voir le jour.
Kate Waller, Consultante en Egalité des Genres

Que faut-il faire ?

Certains projets obtiennent des résultats excellents avec les moyens dont ils disposent mais seraient-ils aussi efficaces dans le cadre de programmes nationaux ? Et quelles sont les incidences politiques des changements auxquels ils ont participés ? C'est précisément ce qui manque et ce dont on a besoin : comment exploiter ces leçons et les reproduire à plus grande échelle.
Seblewongel Deneke, Conseiller en Egalité des genres, Agence canadienne de développement international (CIDA), Addis Abeba

Souligner les réussites des femmes œuvrant dans le développement agricole peut changer les perceptions (© FAO/Ishara Kodikara)
Souligner les réussites des femmes œuvrant dans le développement agricole peut changer les perceptions
© FAO/Ishara Kodikara

Il est important de bénéficier de services de vulgarisation opérationnels organisés par les gouvernements. Dans certains cas, il est très compliqué d'avoir des agents vulgarisateurs de sexe féminin car les femmes vivent dans des communautés fermées où elles n'ont pas le droit d'interagir avec les hommes. Mais il n'y a aucune raison pour que tant les hommes que les femmes ne puissent pas être de bons vulgarisateurs chacun à destination des hommes ou des femmes, et c'est ce sur quoi nous devrions travailler.
Rekha Mehra, Directeur du service Développement Economique, Centre international de recherche sur les femmes (ICRW)

Beaucoup de solutions doivent émaner des communautés elles-mêmes. Nous devons écouter attentivement la communauté et commencer par analyser ces informations, trouver ce qui freine les gens, ce qu'ils pensent qui pourrait être utile et ce qu'ils sont prêts à faire.
Hallie Goertz

Un aspect important est de commencer à être attentif à la planification familiale car la maternité réduit les possibilités pour la femme d'être impliquée dans d'autres développements. Si nous pouvions agir sous l'angle de cette planification, je pense que nous créerions alors un meilleur environnement pour développer le monde de manière durable et avec une plus grande participation des femmes puisqu'elles auraient moins à s'occuper des enfants.
Dirk Hoekstra, Directeur du projet IPMS, ILRI

Nous devons mettre en lumière les femmes qui innovent, qui agissent collectivement pour résoudre leurs problèmes, qui expriment ouvertement leur vision des changements qu'elles recherchent, qui participent activement à la planification de projets, la recherche et le développement. Une grande médiatisation de ces informations enverrait un message fort aux femmes et aux hommes à tous les niveaux sur la contribution, effective et potentielle, des femmes dans le développement des chaines de valeur et aiderait à changer leur image.
Ann Waters-Bayer

Date de publication: juillet 2011

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus