Police de caractères: petite normale grande

 

 

Editorial (mai 2012)

Matériel de vulgarisation promulguant l'application de micro-doses d'engrais au Niger (© Projet Intrants FAO)
Matériel de vulgarisation promulguant l'application de micro-doses d'engrais au Niger
© Projet Intrants FAO

L'échange d'informations et le développement de réseaux et partenariats entre agriculteurs, chercheurs et décideurs visant à améliorer la productivité des petites exploitations agricoles sont des thèmes privilégiés dans cette édition. Le manque de synergie entre ces acteurs peut en effet ralentir l'adoption d'innovations ou de résultats de recherche par les agriculteurs, estime l'AFAAS (le Forum africain pour les services de conseil agricole). Si bien choisir les stratégies à mettre en place pour mieux communiquer avec et pour les agriculteurs est essentiel, le rôle des services de vulgarisation et de conseil est aussi à renforcer et de nouvelles approches doivent être prises en compte.

Notre Focus aborde six façons de fournir des informations, des outils, des formations ou autres appuis aux petits agriculteurs en Afrique et en Asie. Certaines impliquent des nouvelles technologies : des conseils agricoles via lecteurs MP3 en langues locales au Zimbabwe ou 'la lutte filmée' des vidéos visant à combattre le Striga en Afrique de l'Ouest, d'autres privilégient la créativité des agriculteurs et aident à promouvoir des innovations locales au Niger, ou facilitent le développement d'une approche commerciale au Sud Soudan.

Le rôle du secteur privé, dans le développement et le renforcement de la chaîne de production alimentaire, du champ à l'assiette, est illustré dans notre Points de vue, qui présente les idées progressistes de représentants de l'industrie agro-alimentaire, du monde politique et de la communauté scientifique, échangées au cours d'une réunion portant sur la thématique 'Nourrir le monde' tenue à Genève en février 2012. Les défis et le potentiel liés aux partenariats des secteurs public et privé et le rôle des gouvernements amené à créer un environnement favorable au développement de l'agriculture et des échanges commerciaux sont également abordés dans cette rubrique.

La communication est aussi très présente dans nos articles de fond avec notamment les clubs d'écoute communautaires au Niger comme processus de mobilisation sociale par le biais de la radio, mais aussi le théâtre comme plaidoyer politique au Malawi, mettant en scène les agricultrices et leur permettant de soumettre leurs difficultés aux décideurs politiques. Et si aucune région ayant 60 % de sa population travaillant dans l'agriculture ne pourra se développer sans investir dans cette population, les banques de semences développées dans la zone sahélienne, aidant les communautés locales à utiliser des espèces sauvages et à les propager, devraient permettre de fournir plus de nourriture et de produits naturels aux populations.

Mieux communiquer avec et pour les agriculteurs est essentiel (© B.Gérard)
Mieux communiquer avec et pour les agriculteurs est essentiel
© B.Gérard

L'actualité met encore malheureusement les souffrances du Sahel en avant. De nombreux pays de la sous-région traversent une crise alimentaire grave, et nous nous en faisons l'écho dans En Images. Dans les zones pastorales, ce sont aussi des centaines de milliers de têtes de bétail qui doivent être vendues et les crises récentes (politiques, religieuses, terroristes) qui perturbent les économies locales et les activités productives, affectent les sources de revenus des ménages et occasionnent des déplacements massifs de populations.

L'Ouganda présenté dans la rubrique Profils de pays a également vu l'exploitation de son potentiel agricole entravée par les dictatures et la guerre civile et tout développement économique et social durable dépendra principalement de l'exploitation des ressources environnementales et naturelles du pays. L'Afrique subsaharienne est au centre de toutes les préoccupations, affirme Hervé Bichat dans Et si l'agriculture sauvait l'Afrique? figurant dans notre rubrique Livres. Selon l'auteur, on ne peut comprendre vraiment les dynamiques de l'agriculture en Afrique que si l'on prend en compte des échelles de temps et d'espace beaucoup plus grandes. Il faut aussi donner du temps aux agricultures africaines pour s'inventer un futur et inscrire toute politique sectorielle agricole dans une perspective de long terme, ajoute-t-il.

Etre informé permet aussi de se préparer aux changements de toutes natures, et nos Brèves vous font notamment part de la circulation de fausses semences au Cameroun qui pourrait causer un manque à gagner, des savoirs locaux associés à la science moderne pour mieux prévoir les conditions climatiques, de la préoccupation du rôle des femmes dans l'agriculture, et de Sawah, une technique de production de riz permettant d'accroître les rendements au Bénin et au Togo.

Nous espérons que cette série d'articles attisera votre curiosité et satisfera vos besoins d'informations. N'hésitez pas à nous écrire afin de nous permettre de mieux cerner ce qui vous paraît urgent et important à couvrir dans l'actualité concernant les personnes, les projets, les problèmes mais aussi les solutions dans le monde du développement rural et de l'agriculture. Nous nous en ferons l'écho dans nos prochains numéros.

Date de publication: mai 2012

 

The New Agriculturist is a WRENmedia production.

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre navigation. En continuant de le parcourir, vous marquez votre accord sur le fait que nous ayons recours aux cookies.
J'accepte
Pour en savoir plus